La fin d’hiver, une période compliquée pour les abeilles

La fin d’hiver est une période assez compliquée pour les abeilles…

Début mars, avant l’arrivée officielle du printemps, il ne fait généralement pas assez beau pour que les abeilles reprennent une activité extérieure sérieuse.
Toutefois, par de belles journées assez ensoleillées, les abeilles sortent, par petit groupe ou plus massivement, selon la température.

Ce regain d’activité implique un besoin en nourriture, mais il n’y a pas grand chose encore à butiner. Vous voyez donc facilement où est le problème… Les stocks de miel dans la ruche s’appauvrissent, d’où un danger de disette.
On peut quand même observer les abeilles rapporter du pollen dans la ruche (c’est qu’elles ont trouvé un source de nourriture !) et en déduire que la reine reprend sa ponte.

Quels plantes mellifères au début du mois de mars ?

Début mars, dans le Nord, les abeilles trouvent des perce-neige, des crocus et les premières pâquerettes dans les pelouses.
Les floraisons du saule marsault et des premiers prunus, qui débutent tout juste, vont leur apporter de bonnes sources de nectar et pollen pour bien démarrer la saison.

hellébore plante fleur mellifère
Abeille butinant une hellébore au mois de mars
perce neige plante mellifère abeilles hiver
Le perce-neige, une fleur de l’hiver

Comment aider les abeilles ?

Pensez à avoir dans votre jardin des plantes mellifères pour chaque période de l’année.

atelier bombes à graines Lille St André Marquette

Vous pouvez participer avec vos enfants à un atelier « bombes à graines » organisé par les mûres ont des abeilles. > Plus d’infos sur les ateliers graines

Un commentaire sur “La fin d’hiver, une période compliquée pour les abeilles

  1. sur la question des co-expositions des abeilles a differents facteurs de stress et leur role dans les phenomenes d’affaiblissement, d’effondrement ou de mortalite des colonies d’abeilles, avec une attention toute particuliere sur les interactions entre ces facteurs. « Les resultats de l’expertise mettent en evidence un nombre important d’agents infectieux et parasitaires affectant les colonies d’abeilles, de nombreux residus de xenobiotiques (insecticides, fongicides et acaricides) presents dans les matrices apicoles, ainsi qu’une grande diversite de facteurs de stress auxquels les abeilles peuvent etre exposees, de maniere concomitante ou successive. L’expertise souligne le caractere multifactoriel des causes de mortalite des colonies d’abeilles et met en evidence le role des co-expositions aux pesticides et aux agents infectieux dans le determinisme de leur effondrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *